Pierre Lévy: La inteligencia colectiva no es exclusividad de ningún grupo social, es la gran riqueza de la humanidad

Vía Barrapunto

«Pierre Lévy, filósofo, sociólogo y antropólogo pionero en reflexionar sobre las consecuencias sociales de Internet en la sociedad, expone en una entrevista sus ideas sobre las ventajas que representa el desarrollo de la inteligencia colectiva a través de la interconexión de ordenadores por medio de Internet. Además habla de su actual proyecto de investigación, el IEML (Information Economy Meta Language) una lengua artificial concebida para ser simultáneamente manipulada por los ordenadores y capaz de expresar los matices semánticos y pragmáticos de las lenguas naturales. Segú Lévy con los actuales motores de búsqueda es imposible obtener resultados óptimos para su explotación.»

Aquí algunas partes de la entrevista, en francés:

Après le début des années 1990, vous avez cru au potentiel d’Internet. Près de vingt ans plus tard, comment analysez-vous l’évolution du Réseau mondial ?

L’hypothèse que je faisais à l’époque, où très peu de monde utilisait Internet et où le Web venait à peine de naître, était que l’interconnexion des ordinateurs serait un vecteur de perfectionnement et d’augmentation de l’intelligence collective. Je dis augmentation plutôt que création parce que l’intelligence collective est pratiquée par les êtres humains depuis qu’ils disposent du langage et de la culture. Nous ne sommes intelligents que collectivement grâce aux différents savoirs transmis de génération en génération. Simplement, Internet est plus puissant que l’imprimerie, la radio ou la télévision, parce qu’il permet une communication transversale et une meilleure exploitation de la mémoire collective.

Aujourd’hui, tout le monde peut-il vraiment participer à la constitution du savoir collectif ?

Je dirais que cela se produit à deux niveaux. D’abord pour le contenu de la connaissance lui-même avec la création collective en ligne à l’aide des wikis, dont Wikipédia est la représentation la plus connue. Mais cela va plus loin encore avec l’organisation du contenu. Des communautés se rassemblent pour décrire des contenus et permettre aux autres d’y accéder. Tout le monde devient ainsi non seulement auteur mais aussi prescripteur, organisateur de la mémoire, documentaliste, critique. Tout le monde devient médiateur, en somme. Pour un nouveau mode de production et d’accès à la connaissance, il faut un nouveau mode de médiation.

Su trabajo con el Information Economy Meta Language: Optimización de los motores de búsqueda

Internet n’est-il pas aujourd’hui une immense bibliothèque aux livres entassés en désordre ?

En effet. Vers la fin du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, sont apparues, avec les fiches de description des livres (titre, auteur, contenu, cote…), ce que l’on appelle aujourd’hui les métadonnées. Ce sont elles qui permettent de naviguer dans le contenu. Aujourd’hui, le grand enjeu d’Internet, c’est bien la question des métadonnées. Peu de gens ont encore pris la mesure du défi que cela représente. Actuellement, les moteurs de recherche utilisent le texte comme sa propre métadonnée en travaillant sur le plein texte. C’est une immense régression par rapport à tout le travail réalisé depuis deux ou trois siècles par les bibliothécaires et les documentalistes. Un retour à la préhistoire. La raison en est l’ampleur du phénomène. Bien souvent, les bibliothèques étaient constituées dans une seule langue et avec une collection d’ouvrages progressivement accumulés. Internet apporte une quantité immense, très hétérogène, multilingue. Il existe aujourd’hui des centaines, des milliers, des millions d’organisations différentes et incompatibles des données. D’où la complexité extrême du problème. Néanmoins, pour augmenter l’intelligence humaine grâce à Internet, nous devons le résoudre.

Est-ce l’objet de votre travail actuel ?

Exactement. Il faut d’abord prendre conscience de l’opacité actuelle d’Internet. Les meilleurs moteurs ne s’attaquent qu’à 10 % à 20 % de son contenu. Grâce à la masse des données disponibles, on trouve presque toujours quelque chose et l’on est content. Mais on reste très loin d’une exploitation optimale. Je me suis dit qu’il fallait créer un langage de description, un métalangage, qui puisse traduire les langues naturelles et les classifications de concepts (ontologie en informatique), mais qui soit également « calculable ». En effet, les langues naturelles sont faites pour être manipulées par des cerveaux humains et non par des ordinateurs. Mon langage, IEML (Information Economy Meta Language), est reconnaissable et traitable par une machine parce qu’il est beaucoup plus proche du « langage mathématique » utilisé par les ordinateurs.

La perspectiva política de la Inteligencia Colectiva

(…) »Comme on va plus loin en voiture qu’à pied, grâce à l’exploitation de l’intelligence collective, on pensera plus loin. Je crois que l’on va pouvoir faire les choses de manière un peu plus sensée, en prenant la mesure de la diversité et de la complexité.

Ma perspective politique, c’est celle du développement humain. Il faut connecter la société du savoir avec le développement humain. Cela afin que la société du savoir s’oriente vers un développement intégral qui comprenne tous les aspects de la société. L’économie, l’éducation, la santé, la sécurité, la transmission des patrimoines, la recherche ou l’innovation sont interdépendantes. Au fond, l’intelligence collective, c’est la source du développement humain. »

Fuente Le Monde

Más Info:

Inteligencia Colectiva, por una antropología del Ciberespacio

Inteligencia Colectiva y Propiedad intelectual

This entry was posted in Antropología, Tecnología by Andrea Naranjo Leclercq. Bookmark the permalink.

About Andrea Naranjo Leclercq

Peruvian anthropologist stuck in Brussels/Exploring the boundaries between media communication tools,technology & culture/Member of cognitariat/ Geek & Freak / Flashdance life- Anthropologue et journaliste qui explore les frontières entre les outils de communication, la technologie et la culture /En peu Geek, un peu freak/ Membre du cognitariat / Flashdance life

2 thoughts on “Pierre Lévy: La inteligencia colectiva no es exclusividad de ningún grupo social, es la gran riqueza de la humanidad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s