Un enseignement des sciences fondé sur le dialogue multiculturel

« La main à la pâte a été lancée en 1996, à l’initiative de Georges Charpak, prix Nobel de physique 1992, Pierre Léna, Yves Quéré et de l’Académie des sciences dans le but de rénover l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école primaire en favorisant un enseignement fondé sur une démarche d’investigation scientifique. »

Dans ce cadre, Nicolas Merveille , docteur en anthropologie sociale, ingénieur en gestion de l’environnement et chargé du projet « Amélioration de l’enseignement des sciences dans deux écoles primaires en zone rurale du Pérou » , propose l’hypothese  d’ un dialogue entre différentes catégorisations du monde , c’est dire , un échange des visions du monde pour un accord dans les sciences, car

 l’enseignement des sciences tel que préconisé par La main à la pâte est le reflet d’une conception naturaliste des phénomènes vécus/observés ou subis par les enfants. Une parmi tant d’autres. Cette méthode pourrait s’appliquer en Europe où l’Amérique Latine ou n’importe quel contexte multiculturel .

L’interview de Nicolas Merveille sur ses projets et recherches est disponible sur:  

Club Science Publique : Les leçons de La main à la pâte à travers le monde   

Sources :

La main à la pâte

Organización de Estados Iberoamericanos para la Educación, la Ciencia y la Cultura (OEI)

Nicolas Merveille

Voyage Au Coeur D’Une Ong Environnementaliste

Procedural Logic and Measurement Devices: Ethnography of Conservation and Development NGO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s